14 septembre 2016

C'est leur avis

Les femmes de pouvoir ne peuvent pas s’avouer malades

Victime d’une pneumonie, Hillary Clinton reprendra demain sa campagne pour la Maison-Blanche. Selon l’éditorialiste du Washington Post Kathleen Parker, la candidate démocrate a d’abord caché sa maladie parce qu’elle est une femme.

« Pourquoi les femmes ont-elles le sentiment qu’elles ne peuvent pas admettre qu’elles sont malades ? Vous connaissez la réponse. C’est parce que les femmes craignent que montrer un quelconque signe de faiblesse laisse penser le pire : qu’elles ne sont pas aussi bonnes que les hommes. […] C’est pourquoi Clinton a persévéré, tenté de se conformer à son programme et payé un prix élevé pour ce déni. Son silence sur la pneumonie n’était pas tant un manque de transparence, comme l’ont interprété les observateurs, qu’une tentative de maintenir le cap et d’éviter exactement ce qui s’est produit. Les gens ont commencé à s’interroger sur sa santé. Les critiques ont trouvé une conclusion facile : elle est faible, elle est fragile, c’est une femme après tout. » Kathleen Parker