3 octobre 2016

Tout s’explique

Le pape craint la diffusion d’une « théorie du genre » en France

Quelle est la critique adressée par le pape ?

Le pape François a accusé hier l’Éducation nationale française de propager un « sournois endoctrinement de la théorie du genre » qui reviendrait à nier les différences entre les sexes. Le pape, qui s’exprimait en avion devant des journalistes, rapporte le récit d’un père de famille français selon lequel son fils de 10 ans a déclaré vouloir devenir une fille. Selon François, il aurait été influencé par le contenu de certains manuels scolaires du collège. La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a réagi ce matin en réfutant la présence d’une « théorie du genre » dans les manuels français. Elle a en revanche rappelé que l’égalité filles-garçons était inscrite dans les programmes depuis 1989 dans le cadre de la lutte contre les stéréotypes et les discriminations.

Qu’est-ce que la « théorie de genre » ?

Le terme se réfère aux « études sur le genre », dont les premiers travaux universitaires remontent aux années 1960 aux États-Unis. Ils s’intéressent à la manière dont la société associe des rôles à chaque sexe. Exemples : les hommes s’occupent moins des tâches ménagères, les femmes peuvent difficilement exercer le métier de chauffeur de poids lourd, etc. Les chercheurs s’intéressent à la naissance des inégalités entre hommes et femmes. Ces études ont inspiré les mouvements féministes dans leur contestation de la domination sociale masculine. L’expression « théorie du genre » est souvent utilisée par des militants conservateurs qui redoutent que l’école nie les différences sexuelles et favorise ainsi l’essor de l’homosexualité ou la fin du modèle traditionnel de la famille.

Comment les anti-« théorie du genre » diffusent-ils leurs idées ?

Najat Vallaud-Belkacem a estimé que le pape avait été « lui aussi victime de la campagne de désinformation massive conduite par les intégristes, la fondation Lejeune, Vigigender et d’autres ». Proches de la Manif pour tous, ces mouvements sont intervenus à plusieurs reprises auprès de l’Éducation nationale. Ils ont notamment essayé (en vain) de faire retirer en 2011 un chapitre dans les manuels de sciences de la vie et de la Terre, lui reprochant de présenter l’identité sexuelle comme une « construction culturelle ». D’autres groupuscules ultracatholiques ont recours à l’envoi de chaînes d’e-mails, de SMS, de vidéos virales ou de pétitions affirmant que le gouvernement essaie d’imposer la « théorie du genre » à l’école.