• Secrétaire général de l’ONU. Les quinze membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont apporté leur soutien au Portugais Antonio Guterres pour succéder à Ban Ki-moon au poste de secrétaire général de l’ONU à partir du 1er janvier. L’Assemblée générale de l’organisation doit voter la semaine prochaine pour valider le choix de l’ancien Premier ministre portugais (1995-2002) et Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (2005-2015).

  • Destruction d’Alep. L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie Staffan de Mistura a déclaré que la partie d’Alep contrôlée par les opposants au régime syrien pourrait être « totalement détruite » d’ici la fin de l’année si l’offensive de Damas et de la Russie se poursuivait au rythme actuel. « Des milliers de civils syriens vont être tués », a-t-il ajouté.

  • Attentat en Turquie. Une bombe a explosé devant un commissariat d’Istanbul situé près de l’aéroport international Atatürk, faisant au moins 10 blessés selon le préfet de la province. Ce commissariat avait déjà été la cible en 2012 d’un attentat, perpétré par un groupe armé d’extrême gauche.

  • Le FN en justice. La justice a renvoyé en correctionnelle le Front national, son vice-président Jean-François Jalkh et son trésorier Wallerand de Saint-Just. Les juges d’instruction les soupçonnent d’avoir monté un système d’enrichissement frauduleux lors des élections législatives et présidentielle de 2012 en profitant des remboursements publics sur les frais de campagne.

  • L’État condamné. Le tribunal administratif de Melun a condamné l’État pour les conditions de détention au sein de la prison de Fresnes, où l’Observatoire international des prisons avait dénoncé lundi la prolifération de rats, cafards et punaises. Le juge a sommé l’administration pénitentiaire de prendre des mesures drastiques pour assainir les lieux.

  • Peines de prison et tensions. La cour d’assises spéciale de Paris a condamné trois jeunes Corses à des peines de cinq à huit ans de prison pour un attentat à la voiture-bélier commis en avril 2012 contre la sous-préfecture de Corte. L’annonce des réquisitions avait provoqué hier soir des affrontements entre des nationalistes et les forces de l’ordre dans lesquels quatre policiers avaient été légèrement blessés.