• Hollande s’excuse. « Je regrette profondément ce qui a été ressenti comme une blessure », a écrit François Hollande dans une lettre au Conseil supérieur de la magistrature. Le chef de l’État avait créé une polémique en déclarant dans un livre publié par deux journalistes du Monde que la justice était « une institution de lâcheté » qui « n’aime pas le politique ».

  • Juppé conforté. Le premier débat de la primaire de la droite, diffusé sur TF1 hier soir, a été suivi en moyenne par 5,63 millions de téléspectateurs. L’institut de sondages Kantar Sofres a demandé à 625 d’entre eux qui était à leur avis le vainqueur de la soirée : 36 % ont désigné Alain Juppé, 22 % Nicolas Sarkozy, 11 % François Fillon et Bruno Le Maire.

  • La porte pour les anti-Morandini. Le groupe Canal+ a fait savoir que sa chaîne d’information en continu iTélé permettrait à ses journalistes ne souhaitant pas travailler avec Jean-Marc Morandini d’invoquer la « clause de conscience » permettant bénéficier d’indemnités de départ. La rédaction d’iTélé a voté mardi une motion de défiance contre sa direction pour protester contre l’arrivée la semaine prochaine de l’animateur mis en examen en septembre pour « corruption de mineur ».

  • Accident à Ajaccio. Un chapiteau dans lequel se déroulait un spectacle pour enfants s’est effondré à Ajaccio, en Corse, blessant 23 adultes, dont deux grièvement. La structure s’est écroulée sous l’effet d’un violent coup de vent mêlé d’une averse de pluie et de grêle.

  • Cessez-le-feu prolongé. Le président colombien Juan Manuel Santos a annoncé hier soir qu’il avait décidé de prolonger le cessez-le-feu avec la guérilla des Farc jusqu’au 31 décembre. Le lauréat du prix Nobel de la paix 2016 a ajouté qu’il espérait s’entendre avant la fin de l’année avec l’opposition pour mettre en œuvre l’accord de paix signé le 26 septembre, mais rejeté par référendum le 2 octobre.