18 octobre 2016

C’est leur avis

Cette bataille n’est pas la dernière pour Mossoul

24 heures après le début de l’offensive contre Mossoul, les troupes irakiennes et kurdes affirment avoir repris une vingtaine de villages à Daech. Le journaliste irlandais Patrick Cockburn, spécialiste de l’Irak, redoute dans le quotidien britannique The Independent une explosion des tensions régionales et communautaires après la libération de la ville.

« Le groupe État islamique a toujours bénéficié des divisions de ses opposants et c’est à Mossoul, où tant de lignes de faille sectaires et ethniques se rencontrent, qu’elles sont le plus prononcées. Ces divisions ont aidé l’EI à survivre depuis si longtemps, mais sa sauvagerie a aussi unifié des leaders et des partis qui autrement se combattraient. […] D’une manière ou d’une autre, il semble probable que l’EI perdra, mais on ne sait pas qui gagnera et remplira le vide laissé par la chute du califat. Il y a beaucoup de prétendants pour ce rôle, ce qui permet de penser que la présente bataille pour Mossoul ne sera pas la dernière. » Patrick Cockburn