3 novembre 2016

C’est leur avis

Contre la « hogra » au Maroc

La mort, le 28 octobre dans le nord du Maroc, d’un vendeur de poissons qui s’était précipité dans un camion-poubelle pour récupérer sa marchandise a provoqué des manifestations dans plusieurs villes marocaines. L’écrivain marocain Abdellah Taïa explique dans Le Monde pourquoi cette mort tragique a provoqué une telle colère dans la population.

« Le peuple, les petites gens, eux, on les a mis de côté, on les a oubliés, ignorés. On ne les voit plus. De toute façon, ils ne vont pas aux malls qu’on construit un peu partout. Ils n’existent pas. Que vont-ils devenir alors ? Et où survivent-ils ? À côté des camions-poubelles sans doute. Le mot “hogra” ne cesse de revenir sur toutes les lèvres depuis la mort de Mouhcine Fikri. Il signifie : le mépris des élites pour le peuple qui survit, l’aveuglement des autorités, l’arrogance des classes supérieures et leur déconnexion par rapport à la réalité quotidienne des autres Marocains. Quelque chose ne va pas bien au Maroc. » Abdellah Taïa