4 novembre 2016

Ça alors

Volkswagen se penche sur son passé brésilien

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a annoncé hier qu’il avait engagé un historien pour étudier le rôle qu’avait joué l’entreprise dans la dictature militaire brésilienne entre 1964 et 1985. D’anciens employés brésiliens du groupe ont porté plainte en septembre 2015, accusant l’entreprise d’avoir collaboré avec le régime pour les faire arrêter et torturer et d’avoir licencié et placé sur liste noire des salariés en raison de leur activité syndicale ou de leurs sympathies communistes. Volkswagen a commencé en 1996 à travailler avec des historiens sur son passé dans l’Allemagne nazie. De nombreuses entreprises et familles industrielles allemandes ont entrepris des démarches similaires. Elles préfèrent exhumer elles-mêmes leurs compromissions passées plutôt que d’attendre que des médias s’en chargent, selon l’historien allemand Joachim Scholtyseck.