• Risque de pénurie d’électricité. RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité haute tension en France métropolitaine, a prévenu que l’arrêt temporaire de plusieurs réacteurs nucléaires pourrait l’amener à prendre des « mesures exceptionnelles » en cas de vagues de froid importantes cet hiver. L’entreprise pourrait alors interrompre l’approvisionnement de 21 sites industriels volontaires, baisser la tension électrique de 5 % sur les réseaux de distribution, voire procéder à des coupures tournantes (deux heures maximum).

  • Total de retour en Iran. Le groupe énergétique français Total a signé un accord avec l’Iran pour y exploiter un grand champ gazier. L’entreprise devient ainsi le premier industriel occidental du gaz et du pétrole à revenir sur le sol iranien depuis la levée des sanctions internationales en janvier.

  • Amende pour Altice. L’Autorité de la concurrence a infligé une amende de 80 millions d’euros à SFR Group (anciennement Numericable-SFR) et à sa maison-mère Altice pour avoir mis en œuvre sans attendre son aval le rachat des opérateurs téléphoniques SFR et Virgin Mobile en 2014. « Cette décision constitue une première en Europe et dans le monde, par l’ampleur des pratiques sanctionnées et le niveau de la sanction infligée », précise l’autorité administrative.

  • Exit Marks & Spencer. La chaîne de grands magasins britannique Marks & Spencer a annoncé qu’elle comptait fermer plus d’une centaine de magasins dans le monde, dont les sept qu’elle détient en France et qui emploient plus de 500 personnes. Onze autres boutiques, spécialisées dans l’alimentation et franchisées, resteront ouvertes.

  • Jadot désigné candidat. L’eurodéputé écologiste Yannick Jadot a remporté hier soir la primaire organisée par le parti Europe Écologie Les Verts face à Michèle Rivasi avec 7 340 voix contre 5 513. « Je veux des victoires aux législatives, aux municipales, aux européennes », a déclaré l’ancien directeur des campagnes de Greenpeace France qui avait reconnu lors d’un débat télévisé début octobre qu’il ne croyait pas à la possibilité d’un président écologiste en 2017.