18 novembre 2016

Tout s'explique

Plan social géant chez Volkswagen

Comment le plan va-t-il s’articuler ?

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a annoncé ce matin un vaste plan social. Il prévoit de supprimer 30 000 emplois d’ici 2020, dont 23 000 en Allemagne. Le troisième groupe mondial (derrière Toyota et General Motors), qui emploie 610 000 personnes, a précisé qu’aucun salarié ne serait licencié. Il compte proposer aux plus âgés de prendre une retraite anticipée ou de travailler à temps partiel. Les autres pays les plus touchés par le plan sont les États-Unis, le Canada et le Brésil, où les ventes ont plongé après l’affaire des moteurs diesel truqués. L’entreprise a admis l’an dernier avoir mis en place un système de contournement des tests antipollution sur certains moteurs.

En quoi le scandale des moteurs truqués est-il responsable ?

Outre l’impact sur les ventes, cette affaire contraint Volkswagen à mobiliser de fortes sommes pour les frais de justice. Avant le scandale, le groupe disposait d’une trésorerie de 21 milliards d’euros. Il a accepté cet été de verser 14 milliards d’euros pour éviter des poursuites au civil aux États-Unis où 500 000 véhicules sont concernés par la fraude et où il est toujours sous la menace d’un procès pénal. En Europe, le constructeur s’est engagé à remettre en conformité les 8 millions de voitures touchées. Mais il cherche à tout prix à éviter un procès en affirmant que les logiciels truqueurs ne sont pas explicitement interdits.

Pourquoi la santé de Volkswagen est-elle importante pour l’Allemagne ?

L’Allemagne affiche depuis plusieurs années une balance commerciale largement excédentaire grâce à ses exportations. L’industrie automobile en est le principal moteur et Volkswagen est le premier employeur du pays (280 000 personnes). L’État-région de Basse-Saxe est actionnaire à 20 % du groupe et l’activité économique de la ville de Wolfsburg dépend presque exclusivement de l’entreprise. Volkswagen a annoncé ce matin d’importants investissements dans la voiture électrique. Il explique que la production de ce type de véhicule lui coûtera moins cher, car il est plus simple à construire et qu’il nécessite moins de main-d’œuvre, sa valeur reposant en grande partie sur la batterie.