21 novembre 2016

Tout s’explique

Les programmes de Fillon et Juppé

Ont-ils la même conception des sujets de société ?

François Fillon est arrivé largement en tête hier au premier tour de la primaire de la droite (44,1 %), devant Alain Juppé (28,6 %). Les deux candidats se départageront dimanche lors du second tour. L’une de leurs principales différences réside dans les questions de société. Si les deux candidats ont déclaré ne pas vouloir revenir sur la loi autorisant le mariage homosexuel, François Fillon veut modifier le volet sur la filiation : il accepte l’accès à l’adoption simple pour les couples homosexuels, mais pas à l’adoption plénière qui rompt définitivement tout lien avec les parents biologiques. Cette proposition lui a valu le soutien de Sens commun, un microparti issu de la Manif pour tous qui a rejoint Les Répu­blicains. François Fillon souhaite également une loi interdisant le « burkini », au contraire d’Alain Juppé.

Quelles positions défendent-ils en matière de politique étrangère ?

François Fillon s’est prononcé pour un rapprochement avec la Russie. Il réclame la fin des sanctions économiques décidées par l’Union européenne après l’annexion de la Crimée en 2014. S’agissant de la guerre en Syrie, il défend une ligne pragmatique en visant prioritairement la destruction du groupe État islamique. Le député de Paris recommande de s’allier à Moscou et à Bachar al-Assad pour y parvenir. Alain Juppé est quant à lui ouvert au dialogue avec Vladimir Poutine, mais se montre beaucoup plus critique vis-à-vis de la Russie : il lui reproche ses bombardements sur Alep et son alliance avec Bachar al-Assad.

Comment se distinguent-ils en économie ?

Tous les deux proposent une baisse de la dépense publique (100 milliards d’euros pour Fillon en cinq ans et entre 85 et 100 milliards pour Juppé). Ils appellent aussi à une réduction du nombre de fonctionnaires. François Fillon veut supprimer au moins 500 000 postes en cinq ans, quand Alain Juppé s’engage sur le chiffre de 200 000 (et juge la proposition de son adversaire irréaliste). Ils plaident tous deux pour une baisse de l’impôt sur le revenu et une augmentation de la TVA actuellement fixée à 20 % pour son taux normal (21 % pour Juppé et 22 % pour Fillon). S’agissant du temps de travail, les deux candidats veulent mettre fin aux 35 heures hebdomadaires : Alain Juppé est favorable à une durée de référence de 39 heures, quand François Fillon préfère fixer une limite de 48 heures à ne pas dépasser.