• Enquête antiterroriste. Le procureur de la République de Paris François Molins a fait savoir que quatre Français et un Marocain avaient été présentés à un juge en vue de leur mise en examen dans une enquête sur les projets d’attentats révélés lundi par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Il s’agit, selon le magistrat, d’« opérationnels de Daech » qui étaient « téléguidés depuis la zone irako-syrienne » et préparaient une attaque pour le 1er décembre.

  • Turquie et Europe. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé l’Europe d’ouvrir ses frontières et de laisser passer les migrants si le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne était gelé comme l’a demandé hier le Parlement européen. « Les surenchères et polémiques sont tout à fait contre-productives », a répondu le ministère des Affaires étrangères français.

  • Israël et boycott. Le ministère israélien des Affaires étrangères a reproché hier soir à la France d’encourager le boycott des produits de son pays. Les autorités françaises ont publié hier au Journal officiel un avis informant les opérateurs économiques qu’ils devraient désormais, en application d’une décision de l’Union européenne, étiqueter leurs produits originaires du plateau du Golan ou de la Cisjordanie comme venant d’une « colonie israélienne ».

  • Démission au Brésil. Soupçonné de trafic d’influence, le ministre brésilien chargé des relations avec le Parlement brésilien, Geddel Vieira Lima, a présenté sa démission. Il est le sixième ministre à quitter ses fonctions pour des soupçons de corruption depuis l’arrivée à la tête du pays de Michel Temer en mai.