• Fillon en tête. François Fillon a remporté dimanche le premier tour de la primaire de la droite avec 44,1 % des 4,27 millions de suffrages exprimés devant Alain Juppé avec 28,6 %. Dominique Reynié, professeur à Sciences Po et ancien candidat Les Républicains-UDI aux élections régionales, estime sur RTL que François Fillon est un « candidat qui pourrait unir le peuple de droite : de la branche catholique d’extrême droite jusqu’au centre droit et qui serait par extension plus clivant vis-à-vis de la gauche, quand Alain Juppé serait plus consensuel, au regard de la droite et de la gauche, et moins à même de couvrir un spectre de droite aussi large que son adversaire politique ».

  • Merkel, quatrième ? La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé dimanche qu’elle briguerait un quatrième mandat lors des élections de l’automne 2017. La chef du gouvernement allemand conserve une forte popularité renforcée par « le contexte international, avec le Brexit, l’élection de Trump », explique à Challenges Barbara Kunz, spécialiste de l’Allemagne à l’Institut français des relations internationales : « Aujourd’hui la chancelière, à la tête du pays depuis 11 ans et dirigeante du monde occidental au pouvoir depuis le plus longtemps, incarne la continuité. Elle a fait ses preuves. »

  • Alep-Est sans hôpital. L’Organisation mondiale de la santé a annoncé lundi que plus aucun hôpital n’était en état de fonctionner dans les quartiers rebelles d’Alep-Est assiégés par le régime de Damas et où habitent 250 000 civils. « Il n’y a ni électricité, ni carburant pour les voitures, ni transports publics, raconte au JDD Khaled Mostafa de l’organisation humanitaire Care. L’école est toujours suspendue, car même les salles de classe souterraines peuvent être frappées par des bombes anti-bunker. Les gens ont peu de ressources pour vivre. Les magasins sont presque à court d’aliments et les prix ont doublé. »

  • Europe et Turquie. Le Parlement européen a voté jeudi une résolution appelant à « un gel temporaire » du processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. « Le Parlement se devait d’envoyer un signe clair, un signe fort, après la grave dérive répressive du pouvoir turc, déclare à L’Express la députée européenne Sylvie Guillaume. La Turquie a en outre multiplié les gestes hostiles envers Bruxelles, refusant notamment l’entrée, mi-novembre de la rapporteure du Parlement sur la Turquie. »

  • Paix en Colombie. Le président colombien Juan Manuel Santos a signé jeudi avec la guérilla des Farc un nouvel accord de paix après celui rejeté par la population lors d’un référendum le 2 octobre. La nouvelle version ne sera pas soumise aux citoyens, mais uniquement au Parlement, où le président détient la majorité. L’accord « va être approuvé sans problème », affirme à l’AFP Kyle Johnson, analyste pour l’ONG International Crisis Group, même si les opposants « se battront pour ralentir la mise en application ».

  • Mort de Fidel Castro. Le père de la Révolution cubaine Fidel Castro, à la tête du régime communiste pendant près de 50 ans, est mort cette nuit à La Havane à l’âge de 90 ans, a annoncé son frère Raul, qui lui a succédé au pouvoir en 2006. « Conformément à la volonté exprimée par le camarade Fidel, sa dépouille sera incinérée dans les premières heures » aujourd’hui, a-t-il précisé.