7 décembre 2016

Ça alors

La chaleur empêche la banquise de se reconstituer

La surface recouverte par la banquise aux pôles Nord et Sud n’a jamais été aussi réduite à cette période de l’année, a indiqué hier le Centre américain de données relatives à la neige et à la glace. Cet organisme dépendant du gouvernement explique que, par rapport à la moyenne des années 1981-2010, la surface de glace en moins sur les deux pôles équivaut à six fois la superficie de la France. Les températures y sont en hausse : certains jours de novembre, il a fait 20 degrés de plus en Arctique que la moyenne relevée sur la période 1958-2012. Ce phénomène découle non seulement du réchauffement climatique lié à l’activité humaine, mais aussi des déplacements d’air chaud venu de l’Atlantique et du Pacifique, explique au Monde Valérie Masson-Delmotte, membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat mis en place à l’initiative de l’ONU.