• Émissions polluantes. La Commission européenne a lancé une procédure de sanction à l’égard de sept États membres (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Grèce, République tchèque, Luxembourg et Lituanie) pour ne pas avoir respecté la réglementation européenne sur les émissions polluantes des véhicules. Elle leur reproche de ne pas avoir mis en place de système de sanction des fraudes, comme celle révélée par le scandale Volkswagen, ou de ne pas l’avoir appliqué.

  • Circulation alternée. La préfecture de police de Paris a reconduit demain le dispositif de circulation alternée en vigueur depuis mardi en raison d’un pic de pollution, une mesure également appliquée pour la première fois à partir de demain à Lyon et Villeurbanne. Sauf dérogation, seuls les véhicules dont le numéro de plaque d’immatriculation se termine par un chiffre impair seront autorisés à rouler.

  • Baupin renonce. Le député écologiste de Paris Denis Baupin, contre lequel quatre femmes ont porté plainte pour agression sexuelle en juin, a fait savoir qu’il ne serait pas candidat aux prochaines élections législatives. Rejetant les accusations dont il fait l’objet, l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale a affirmé ne pas vouloir arrêter la politique et attendre la décision de la justice.

  • Girafes menacées. L’Union internationale pour la conservation de la nature, l’ONG de référence sur l’état des espèces dans le monde, a annoncé qu’elle avait placé la girafe dans la catégorie des espèces vulnérables, confrontées à un risque élevé d’extinction à l’état sauvage. La population de ces animaux s’est réduite de 40 % en 30 ans, a précisé l’organisation.

  • Trump et l’environnement. L’équipe de transition de Donald Trump a officialisé la décision du président élu des États-Unis de nommer à la tête de l’Agence américaine de protection de l’environnement le procureur général de l’Oklahoma Scott Pruitt. Le choix de ce climatosceptique, qui a lancé plusieurs procédures judiciaires contre le plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre de Barack Obama, sera soumis à un vote des parlementaires.