9 décembre 2016

C'est leur avis

Les réseaux sociaux doivent éclairer le débat public

Facebook et Twitter peuvent savoir ce que pensent les internautes et comment ils réagissent aux fausses informations qui ont circulé pendant la campagne américaine et avant le référendum sur le Brexit. Sur Reuters, le professeur de sociologie à l’université d’Oxford Philip Howard estime que ces entreprises auraient dû révéler le comportement de leurs utilisateurs pour améliorer le débat public.

« Les données que ces entreprises collectent auraient pu, par exemple, nous dire en temps réel si les informations erronées avaient un impact sur les électeurs. L’information recueillie sur les réseaux sociaux aurait pu augmenter la participation des électeurs si les citoyens avaient réalisé que la compétition était plus serrée que ce que les sondages prédisaient et que leurs votes seraient vraiment importants. Au lieu de cela, ces entreprises ont laissé les États-Unis et le Royaume-Uni tomber dans un déficit démocratique, avec des institutions politiques privées de données de qualité sur l’opinion publique. » Philip Howard