• Un suspect recherché en Allemagne. La police allemande est à la recherche d’un Tunisien de 24 ans dont un document d’identité a été retrouvé dans le camion qui a foncé sur un marché de Noël à Berlin lundi soir. Il était soupçonné, avant cette attaque, de préparer un attentat et avait été signalé en novembre au centre allemand de lutte contre le terrorisme.

  • Peine de mort en recul aux États-Unis. Les États-Unis ont enregistré 20 applications de la peine de mort en 2016, le chiffre le plus bas depuis 1991, très loin du pic de 1999 (98 exécutions), selon un rapport du Centre d’information sur la peine de mort, un organisme indépendant. Le nombre d’exécutions a baissé de 29 % par rapport à 2015 en raison de la pénurie de substances utilisées pour les injections létales et de la multiplication des recours.

  • Violences en RDC. 19 personnes ont été tuées hier dans plusieurs villes de République démocratique du Congo et 45 autres blessées, selon un bilan provisoire d’un représentant de l’ONU. Le pays a connu une journée de violences liées à la contestation du maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat qui s’achevait lundi à minuit.

  • Budget de la défense. Le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers a réclamé dans une tribune publiée par Les Échos une « hausse progressive du budget de la défense » pour atteindre les 2 % du PIB, contre 1,77 % actuellement. François Hollande a réagi en estimant que la France disposait des « ressources nécessaires » pour faire face à ses « objectifs ».

  • Perturbateurs endocriniens. La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a jugé « inacceptable » hier la définition des perturbateurs endocriniens proposée par la Commission européenne et a écrit à son président Jean-Claude Juncker pour lui demander d’en élargir les critères. Ces substances chimiques présentes dans de nombreux produits du quotidien sont susceptibles d’interagir avec le système hormonal des êtres vivants et de nuire à leur santé.