12 janvier 2017

Tout s'explique

Négociations pour une réunification de Chypre

Quel est l’objectif des négociations en cours ?

Depuis lundi, les dirigeants chypriotes grecs et turcs sont réunis à Genève, sous la supervision de l’ONU, pour discuter du processus de paix entre les deux parties de l’île, divisée depuis 1974. Après trois jours de pourparlers, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a donné aujourd’hui une conférence de presse aux côtés de Nicos Anastasiades, président chypriote, et Mustafa Akinci, président de la République turque de Chypre Nord (qui n’est reconnue que par Ankara). Aucun accord n’a pour l’instant été trouvé, mais les deux parties ont chacune présenté hier pour la première fois une carte de répartition possible du territoire en vue de la création d’un État fédéral. « Nous ne visons pas un arrangement rapide, mais une solution durable », a commenté Antonio Guterres.

Que veulent les deux communautés ?

Actuellement, les Chypriotes turcs, qui représentent 300 000 habitants, contrôlent 36 % de l’île, tandis que le reste du territoire constitue un État indépendant rassemblant les Chypriotes grecs, au nombre de 839 000. Le point de discorde principal entre les deux parties porte sur la proportion de l’île qui leur serait attribuée dans le cas de la création d’un État fédéral : la partie grecque est pour le moment disposée à accorder 28,2 % du territoire à la partie turque, mais celle-ci en réclame 29,2 %. Sont également en discussion la gouvernance du futur État, les garanties de sécurité pour les deux entités et les propriétés spoliées d’un côté et de l’autre au moment de la partition de l’île.

Pourquoi l’île de Chypre est-elle divisée en deux ?

L’île de Chypre est coupée en deux depuis 1974, à la suite d’un coup d’État. Un groupe d’officiers nationalistes grecs renverse le président Makarios afin d’obtenir le rattachement de Chypre à la Grèce. La Turquie envahit alors le nord de l’île pour protéger la minorité turque du pays et ses intérêts. Quelques jours plus tard, le régime des colonels au pouvoir en Grèce s’effondre, la République chypriote est rétablie, mais les Turcs refusent de quitter le territoire et imposent la partition du pays, contraignant des milliers de Chypriotes grecs et turcs à quitter leur maison pour se réfugier de part et d’autre de la ligne de démarcation.