3 février 2017

Tout s'explique

Reprise des combats en Ukraine

Comment les combats ont-ils repris en Ukraine ?

Au moins sept personnes ont été tuées dans la région du Donbass située dans l’est de l’Ukraine hier et aujourd’hui, selon les chiffres annoncés par les autorités ukrainiennes et les séparatistes pro-russes. Ce décompte porte à 32 le nombre de morts déplorés depuis dimanche, jour où les combats ont recommencé entre les deux camps. Chacun se renvoie la responsabilité de cette reprise des hostilités qui touchent les villes de Donetsk, siège des séparatistes, et d’Avdiïvka, située à 10 kilomètres au nord et tenue par l’armée ukrainienne. Kiev a accusé lundi les séparatistes d’avoir lancé des missiles sur cette ville industrielle, tandis que les séparatistes de Donetsk reprochent aux forces ukrainiennes la mort de civils à Donetsk et dans les environs.

Que prévoyaient les accords de Minsk ?

Cette reprise des combats est la plus grave constatée depuis la signature d’un cessez-le-feu fin décembre, le dernier d’une longue série depuis les accords de Minsk de février 2015. Il y a près de deux ans, dans la capitale biélorusse, le gouvernement ukrainien et les forces séparatistes étaient convenus de résoudre le conflit en prévoyant la libération des prisonniers et otages, la création d’une zone tampon démilitarisée, l’amnistie pour les combattants, la tenue d’élections locales dans les régions séparatistes de Donetsk et Lougansk ainsi que la mise en place d’une réforme constitutionnelle pour leur assurer une certaine autonomie. Dans un rapport rendu début décembre, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies avait noté que ces accords n’étaient pas respectés, décrivant des atteintes aux droits de l’homme et l’afflux continu d’armes et de munitions vers la ligne de front.

Quelles ont été les réactions internationales ?

Le Conseil de sécurité des Nations unies, auquel siège la Russie, a appelé à l’unanimité mardi à un retour immédiat au cessez-le-feu et a « condamné l’utilisation d’armes prohibées par les accords de Minsk ». Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg et le président du Conseil européen Donald Tusk ont appelé la Russie à user de son influence auprès des séparatistes pour faire cesser les violences. Depuis l’investiture de Donald Trump, qui a plusieurs fois manifesté son désir de rapprochement avec la Russie, l’attitude des États-Unis était très attendue par les autres pays. Les États-Unis ont réitéré leur opposition au conflit hier, leur nouvelle ambassadrice aux Nations unies dénonçant les « actions agressives » de Moscou en Ukraine.