• Attentat à Québec. Un étudiant de 27 ans, qui affichait des idées nationalistes et antiféministes, a ouvert le feu dimanche soir dans une mosquée de la ville de Québec, tuant six personnes. Lundi, il a été mis en examen pour meurtre avec préméditation. « Plusieurs commentateurs disent que c’est une surprise totale. Mais il faut ouvrir les yeux, on se rendait bien compte avant cela qu’il y avait des problèmes », déclare à l’AFP Martin Papillon, professeur de sciences politiques à l’Université de Montréal.

  • Le Maroc réintègre l’Union africaine. Les chefs d’État de l’Union africaine ont réintégré lundi le Maroc au sein de l’organisation, lors du 28e sommet organisé à Addis-Abeba, en Éthiopie. Le pays avait quitté l’institution (qui s’appelait à l’époque Organisation de l’unité africaine) en 1984 lorsque celle-ci avait décidé de reconnaître la République arabe sahraouie démocratique, qui dispute au Maroc la souveraineté sur le Sahara occidental. « L’Afrique veut parler d’une seule voix. Et nous avons besoin que tous les pays africains soient associés à cette voix », a déclaré la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf.

  • Reprise des combats en Ukraine. Les forces ukrainiennes et les séparatistes pro-russes ont dénombré 32 morts en Ukraine depuis dimanche, jour où les hostilités ont repris dans la région du Donbass dans l’est du pays. « Les Russes, par l’intermédiaire des séparatistes pro-russes, veulent tester la volonté de Donald Trump de passer à un autre mode de gestion des conflits internationaux », analyse pour Franceinfo Georges Mink, sociologue spécialiste de l’Ukraine et directeur de recherche au CNRS.