• Crainte de cyberattaques. François Hollande a demandé en Conseil de défense que lui soient présentées, lors de la prochaine réunion le 24 février, « les mesures spécifiques de vigilance et de protection, y compris dans le domaine du cyber, prises à l’occasion de la campagne électorale ». En conférence de presse, le porte-parole de l’Élysée Stéphane Le Foll a précisé qu’il s’agira d’une « évaluation de situation » pour que l’élection ne soit pas « perturbée par des gens qui veulent donner de fausses informations ».

  • Majorité pénale. Le candidat de la droite à l’élection présidentielle François Fillon a annoncé dans un communiqué qu’il proposait de fixer la majorité pénale à 16 ans. « L’ordonnance de 1945 sur la délinquance des mineurs, bien que modifiée maintes fois, ne permet pas d’apporter une réponse proportionnée aux actes de délinquance commis par des individus de 16 ou 17 ans », déclare-t-il.

  • Mort de Rachid Kassim. Une comparaison d’ADN effectuée par les services de renseignement français en lien avec l’armée américaine a permis de confirmer la mort du recruteur français du groupe État islamique Rachid Kassim, a annoncé LCI. Ce djihadiste de 29 ans, soupçonné d’être l’instigateur des attentats de Magnanville et de Saint-Étienne-du-Rouvray l’an dernier, a été abattu lors d’une frappe de drone menée par l’armée américaine vendredi.

  • Les États-Unis et l’Otan. Le secrétaire américain à la Défense James Mattis a appelé les pays membres de l’Otan à augmenter leur participation financière au budget de l’organisation lors de sa première rencontre à Bruxelles avec les autres représentants de l’Alliance atlantique. Il a toutefois tenu à les rassurer en déclarant que « l’Alliance reste fondamentale pour les États-Unis et pour toute la communauté transatlantique », contrairement aux propos de Donald Trump qui avait jugé l’Otan « obsolète » dans une interview à deux journaux européens parue en janvier.

  • Le demi-frère de Kim Jong-un assassiné. La police malaisienne a annoncé qu’une femme munie d’un passeport vietnamien avait été arrêtée dans le cadre de l’enquête sur la mort du demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Le gouvernement sud-coréen a confirmé que l’homme assassiné lundi à l’aéroport de Kuala Lumpur était Kim Jong-nam, le fils aîné de l’ancien dirigeant Kim Jong-il, en exil depuis 2001.