21 février 2017

Tout s’explique

Les programmes santé des candidats à la présidentielle comparés

Quelles sont les mesures d’économies proposées par les candidats ?

Nicolas Dupont-Aignan, Benoît Hamon, Yannick Jadot, François Fillon et Emmanuel Macron étaient invités ce matin par la Mutualité française au Palais Brongniart, à Paris, pour débattre du volet santé de leur programme présidentiel. Plusieurs d’entre eux proposent des mesures d’économies pour réduire le déficit de la Sécurité sociale. Emmanuel Macron entend mettre en place la vente de médicaments à l’unité, une mesure également au programme de Marine Le Pen. La candidate du FN veut supprimer l’Aide médicale d’État, accordée aux sans-papiers, tout comme Nicolas Dupont-Aignan et François Fillon. Ce dernier insiste sur la lutte contre les fraudes (fausses cartes Vitale, arrêts maladies injustifiés, etc.).

Comment comptent-ils lutter contre les déserts médicaux ?

Pour lutter contre les déserts médicaux, Benoît Hamon propose de déconventionner les médecins qui s’installeraient dans des zones déjà bien dotées et d’aider, grâce à la création d’une mission nationale d’accès aux soins, ceux qui choisiraient de s’implanter dans celles qui le sont moins. François Fillon souhaite régionaliser le numerus clausus (le nombre de candidats admis en deuxième année d’études de médecine), pour coller aux besoins des territoires, tandis que Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen proposent de l’augmenter au niveau national. La candidate du FN propose en outre d’instaurer un stage d’internat dans les zones désertifiées et de développer les maisons de santé, un point partagé par Emmanuel Macron et François Fillon. Pour combler les déserts médicaux, Jean-Luc Mélenchon souhaite créer un corps de médecins généralistes fonctionnaires, rémunérés pendant leurs études.

Qu’a modifié François Fillon dans son programme santé ?

Critiqué même au sein de son parti pour certaines de ses prises de position en matière de santé, le candidat LR est revenu en partie sur le projet qu’il avait présenté lors de la primaire de la droite. Alors qu’il proposait de « focaliser l’assurance publique universelle sur des affections graves ou de longue durée », il a déclaré qu’il n’était « pas question de toucher à l’assurance maladie », « pilier du système, en partenariat avec les complémentaires ». « Le niveau de prise en charge des dépenses ne diminuera pas », a-t-il assuré. Il propose en plus le remboursement à 100 % des lunettes pour enfants. Il a précisé que les suppressions de poste qu’il envisage dans la fonction publique ne concerneraient pas le personnel soignant des hôpitaux, mais principalement « les fonctions administratives ».