• Visa pas assuré pour l’UE. La Cour de justice de l’Union européenne a jugé que les États membres de l’UE n’étaient « pas tenus » d’accorder un visa humanitaire aux personnes souhaitant se rendre sur leur territoire dans le but d’y demander l’asile, même si celles-ci sont en danger dans leur pays d’origine. La cour avait été saisie après le refus par la Belgique d’accorder, en octobre, un visa à une famille syrienne originaire de la région d’Alep.

  • Prêt non déclaré. Le Canard enchaîné a révélé que François Fillon avait reçu en 2013 un prêt sans intérêt de 50 000 euros de la part du directeur de La Revue des deux mondes Marc Ladreit de Lacharrière et qu’il ne l’avait pas déclaré à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Antonin Lévy, l’avocat du candidat de la droite à la présidentielle, a assuré sur BFMTV qu’il s’agissait d’un « oubli dans sa déclaration » et a déclaré au Canard enchaîné que le prêt avait été « intégralement remboursé », sans préciser à quelle date.

  • Démission dans l’équipe de Macron. Le cardiologue Jean-Jacques Mourad a démissionné de ses fonctions dans l’équipe santé du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron après la révélation d’un possible conflit d’intérêts dû à ses liens avec les laboratoires Servier. Le Formindep, une association « pour une information médicale indépendante », a révélé dimanche que le médecin avait effectué une soixantaine d’interventions pour le laboratoire pharmaceutique entre janvier 2013 et juin 2016.

  • Manifestation pour la santé. Plusieurs milliers d’infirmiers, d’aides-soignants et autres personnels du secteur de la santé ont manifesté à Paris pour protester contre leurs conditions de travail. La mobilisation, qui avait reçu l’appui des fédérations de fonctionnaires appelant à « défendre le service public hospitalier et la sécurité sociale », a rassemblé entre 10 000 et 12 000 personnes selon la police et « au moins 30 000 personnes » selon la CGT.

  • Europe à plusieurs vitesses. À l’issue d’un mini-sommet à Versailles entre les dirigeants des quatre pays les plus peuplés de l’Union européenne hors Royaume-Uni (Allemagne, France, Italie et Espagne), François Hollande a plaidé hier soir pour que « quelques pays » renforcent leur coopération européenne en allant « plus vite » et « plus loin » dans des domaines comme « la défense », « la zone euro », « l’harmonisation fiscale et sociale », « la culture ou la jeunesse ». La chancelière allemande Angela Merkel a souhaité que les Européens aient « le courage d’accepter que certains pays avancent plus rapidement que d’autres ».