• PSA rachète Opel. Le groupe automobile français PSA (Peugeot, Citroën et DS) a officialisé lundi le rachat des marques Opel et Vauxhall à l’entreprise américaine General Motors pour 1,3 milliard d’euros. L’opération va consolider la place de deuxième vendeur de voitures en Europe de l’entreprise française, derrière Volkswagen. « C’était une opportunité que Carlos Tavares, le patron de PSA, aurait eu tort de ne pas saisir, estime sur RTL Bernard Jullien, économiste spécialiste de l’industrie automobile. Ceci étant, le reproche qui est fait au groupe, c’est d’être un peu trop européen. Il faut se rappeler que quand PSA Peugeot-Citroën a tant souffert, c’est parce qu’ils étaient centrés sur l’Europe et aujourd’hui, ils s’y focalisent encore plus. »

  • Bouclier antimissiles. L’armée américaine a commencé à déployer dans la nuit de lundi à mardi un système de défense antimissiles en Corée du Sud en réaction à quatre tirs réalisés par la Corée du Nord lundi matin. « La Corée du Nord n’a aucun intérêt à ce qu’il y ait une escalade de violence et un conflit. Un conflit impliquerait une intervention américaine et par conséquent un effondrement du régime nord-coréen », affirme à Libération Antoine Bondaz, spécialiste de l’Est asiatique à la Fondation pour la recherche stratégique, selon qui « Kim Jong-un est certainement imprévisible, mais il n’est pas irrationnel ».

  • Révélations de WikiLeaks. L’organisation WikiLeaks, fondée par Julian Assange, a mis en ligne mardi près de 9 000 documents internes de la CIA divulguant un système d’espionnage mis en place par l’agence de renseignement américaine. Dans un article du site d’information belge Lavenir.net, le professeur de sciences politiques à l’université de Liège Michel Hermans relativise l’impact de ces révélations, car « l’espionnage existe depuis la nuit des temps » et « rien ne l’empêchera ». « Les citoyens qui veulent la totale transparence prônent la fin de l’espionnage. C’est rêver et surtout, cela peut faire pire que mieux. La transparence totale peut conduire à des conflits et renforcer les tensions », ajoute-t-il.