16 mars 2017

C'est leur avis

L’éparpillement des partis européens

Le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) du Premier ministre Mark Rutte a remporté hier les élections législatives aux Pays-Bas en obtenant 33 sièges sur 150, devant le parti populiste PVV de Geert Wilders avec 20 sièges. Dans le New York Times, Cas Mudde, professeur de sciences politiques néerlandais, estime que ces résultats traduisent une tendance européenne à l’émiettement des partis politiques.

« En 1986, les trois premiers partis recueillaient 85 % des votes. En 2003, le chiffre était tombé à 74 %. Aujourd’hui, il est autour de 45 %. Avec leur système de vote à la proportionnelle, les Pays-Bas sont un cas extrême. Mais les tendances sont similaires dans l’ouest de l’Europe : les principaux partis de centre droit et de centre gauche déclinent, de plus petits partis se développent et les coalitions politiques instables deviennent la norme. Il y a de nombreuses raisons à cela, de la sécularisation à la désindustrialisation en passant par l’émergence de nouvelles problématiques, comme l’environnement ou l’immigration. » Cas Mudde