• Les costumes de Fillon. Le journal Le Monde a révélé que les enquêteurs avaient identifié la personne qui a offert en décembre à François Fillon deux costumes réglés avec un chèque de 13 000 euros comme étant l’avocat Robert Bourgi, ancien conseiller Afrique de Nicolas Sarkozy et proche de la présidence gabonaise. Le parquet national financier a élargi hier l’enquête des juges d’instruction vis-à-vis du candidat de la droite à la présidentielle en y ajoutant le chef d’accusation de trafic d’influence en lien avec ces cadeaux.

  • Compagnies aériennes à l’amende. La Commission européenne a réaffirmé sa volonté d’infliger des amendes d’un montant total de 776 millions d’euros à 11 compagnies aériennes, dont Air France-KLM, pour s’être entendues sur les prix du fret entre 1999 et 2006. Bruxelles a affirmé avoir corrigé le vice de procédure qui avait conduit la justice européenne à annuler en 2015 l’amende qu’elle avait décidé d’infliger cinq ans plus tôt.

  • Opération israélienne en Syrie. L’armée israélienne a affirmé avoir « visé plusieurs cibles en Syrie » cette nuit, sans préciser quels étaient les objectifs de l’opération. Le régime de Damas a affirmé que les avions israéliens avaient visé une « cible militaire » près de la ville de Palmyre et qu’il avait riposté à l’aide de missiles anti-aériens.

  • Frappes américaines. Le commandement central des États-Unis a annoncé hier soir que l’armée américaine avait mené un bombardement aérien dans le nord de la Syrie visant un rassemblement de l’organisation djihadiste Al-Qaïda, déclarant que les frappes avaient tué « plusieurs terroristes ». L’Observatoire syrien des droits de l’homme, une organisation basée au Royaume-Uni disposant de multiples sources parmi l’opposition, affirme que les drones américains ont touché une mosquée pendant la prière du soir, faisant 42 morts et une centaine de blessés.

  • Nouveau Premier ministre au Maroc. Le roi du Maroc Mohammed VI a demandé à Saadeddine El Othmani, numéro deux du parti musulman et conservateur PJD, de constituer un gouvernement. Le souverain avait limogé mercredi le Premier ministre Abdelilah Benkirane, chef de file du PJD, vainqueur des élections législatives d’octobre 2016, mais qui n’est pas parvenu à former une coalition.