24 mars 2017

Tout s'explique

Mouvements de contestation en Guyane

Quelle est la situation en Guyane ?

Plusieurs mouvements de contestation se développent en Guyane depuis le début de la semaine, bloquant une partie de l’activité du territoire. Les salariés d’EDF se sont mis en grève, de même qu’une partie des agriculteurs. Des manifestants ont érigé des barrages à l’entrée des principales villes. Le rectorat a décidé hier de fermer les établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre. Un vol d’Air France assurant la liaison Paris-Cayenne a dû faire demi-tour hier en raison du manque de personnel de lutte anti-incendie à l’aéroport de Cayenne. Arianespace a décidé d’ajourner le lancement de la fusée Ariane 5 prévu lundi 20 mars en raison du blocage du site de Kourou.

Que réclament les grévistes et les manifestants ?

Les revendications concernent notamment le développement économique, la santé, l’éducation et la sécurité. Un collectif de lutte contre la délinquance, 500 Frères, réclame ainsi un renforcement des moyens de police. Ses membres ont fait irruption vendredi dernier cagoulés lors d’une réunion internationale sur la protection du milieu marin de la région des Caraïbes à laquelle participait la ministre de l’Environnement Ségolène Royal. Ils justifient le port de la cagoule comme un symbole des agressions subies à même de marquer les esprits. La ministre des Outre-Mer Ericka Bareigts a demandé la levée des blocages et proposé hier aux élus et aux responsables de syndicats et de collectifs une réunion à Paris mardi pour traiter les « problèmes immédiats ». Ceux-ci l’ont refusée, notamment parce qu’elle n’est pas prévue sur le sol guyanais.

Quels sont les engagements du gouvernement ?

Situé entre le Brésil et le Suriname, en Amérique du Sud, ce département et région d’outre-mer français compte environ 250 000 habitants. En 2015, le taux de chômage y était de 21,9 %, selon l’Insee, et de 46,7 % chez les 15-24 ans. La Guyane se distingue également par un fort niveau d’insécurité, avec 6,3 vols violents pour 1 000 habitants, un taux quatre fois supérieur à la métropole en 2015. Pour faire face à cette situation, François Hollande avait annoncé en décembre 2013 un « pacte pour l’avenir de la Guyane », comprenant des engagements pour le développement du territoire (routes, écoles, etc.) dans les dix prochaines années, qui devait être signé en 2014. Un projet a été examiné à l’automne par les élus, mais le président de l’assemblée de Guyane Rodolphe Alexandre a estimé les propositions du gouvernement insuffisantes pour pouvoir le signer.