6 avril 2017

Tout s'explique

L’évêque de Dax démissionne

Pourquoi l’évêque de Dax a-t-il démissionné ?

Le pape François a accepté la démission de l’évêque de Dax (Landes) Hervé Gaschignard (57 ans), a annoncé aujourd’hui la Conférence des évêques de France (CEF). Il est reproché au prélat des « attitudes pastorales inappropriées ». Une enquête de L’Obs publiée aujourd’hui rapporte le témoignage de personnes ayant signalé auprès de l’archevêché de Bordeaux des comportements ambigus : des questions intimes posées à un adolescent de 14 ans ou des attouchements sur une jeune fille. L’archevêque de Bordeaux a contacté le procureur de la République. L’évêché de Dax précise cependant qu’il « n’est en aucun cas question d’agressions ou d’actes sexuels ». En 2011, la justice avait déjà ouvert une enquête à l’encontre de Hervé Gaschignard, alors évêque auxiliaire de Toulouse, après plusieurs signalements. Le procureur de Toulouse avait classé l’affaire sans suite.

Où en sont les autres affaires ?

Selon des chiffres collectés auprès des évêques et rendus publics en janvier par la CEF, 137 « faits pédocriminels ont été signalés aux procureurs de la République par l’Église » depuis six ans et « 222 victimes se sont manifestées ». Seuls 4 % des témoignages recueillis concernent des faits survenus après 2000. L’association de défense des victimes La Parole libérée estime que les victimes prennent souvent « conscience des faits après 40 ans ». Elle réclame un allongement des délais de prescription pour les crimes et délits sur mineurs de moins de 15 ans. Une enquête conjointe de Mediapart et de l’émission de France 2 « Cash Investigation » a dénoncé le 21 mars le « silence » de l’Église dans de nombreux cas et accusé 25 évêques (dont cinq sont encore en poste) d’avoir couvert 32 « agresseurs » ayant commis des abus sexuels sur 339 victimes.

Quelle est l’attitude du pape vis-à-vis des scandales ?

Hervé Gaschignard avait proposé sa démission au pape voici quelques jours sur la suggestion du nonce apostolique, l’agent diplomatique du Saint-Siège en France. Le pape François dénonce depuis son intronisation les abus sexuels contre les mineurs commis par des prêtres et affiche une « tolérance zéro ». En 2014, il a créé au Vatican, une Commission pontificale pour la protection des mineurs, chargée de prévenir la pédophilie dans l’Église. Mais les représentants des victimes en ont démissionné. La dernière, une catholique irlandaise elle-même victime d’abus sexuels, a dénoncé début mars un manque de coopération des services du Vatican. La Parole libérée reproche au pape son soutien au cardinal de Lyon Philippe Barbarin, qu’elle accuse d’avoir couvert des actes pédophiles.