12 avril 2017

Tout s’explique

JCDecaux perd la gestion des Vélib

Qui a remporté la gestion du service de vélos en libre accès de la métropole parisienne ?

Le syndicat mixte Autolib et Vélib Métropole, qui réunit des élus de Paris et d’Île-de-France, a annoncé aujourd’hui avoir approuvé le projet de confier à partir de janvier 2018 et pour 15 ans la gestion de son service de vélos en libre accès Vélib au consortium franco-espagnol Smoovengo. Celui-ci remplacera JCDecaux, qui gérait le service depuis son lancement en 2007. Composé de 1 800 stations et de plus de 20 000 vélos, le système sera étendu à la métropole du Grand Paris. Les vélos seront plus légers et mieux protégés contre les vols. Un tiers d’entre eux disposeront d’une assistance électrique. JCDecaux, qui emploie 315 personnes pour le Vélib, a déposé hier un recours en référé auprès du tribunal administratif de Paris pour faire réexaminer les conditions d’attribution du marché.

Quelles sont les autres villes qui disposent d’un tel service ?

Smoovengo est présent dans 26 villes à travers le monde, dont 12 en France, principalement dans le Sud-Est. Le premier système de vélos en libre-service mis en place par une collectivité française a été installé à La Rochelle en 1974. La ville avait alors mis à disposition de la population 350 Vélos jaunes, répartis dans trois stations. Le service a été amélioré et rebaptisé Yelo en 2009. Rennes a ensuite créé le premier système informatisé au monde en 1998, avec le Vélo à la carte, avant de mettre en place le service Le Vélo Star en 2009. Avant Paris, JCDecaux avait débuté dans ce marché en 2005 à Lyon en lançant Vélov, qui compte aujourd’hui 4 000 vélos et plus de 60 000 abonnés. Aujourd’hui, près de 40 villes disposent en France d’un tel service.

Comment les vélos sont-ils financés ?

Ces systèmes de vélo en libre-service sont financés par les collectivités territoriales. Selon un rapport publié en 2015 par un centre d’études gouvernemental, le coût moyen d’un vélo pour la collectivité est évalué entre 1 100 et 3 200 euros par vélo et par an. Le marché signé pour 15 ans dans le Grand Paris s’élève à 600 millions d’euros. Un rapport de l’Inspection générale de la Ville de Paris, remis l’an dernier, rapporte que le service Vélib a coûté 16 millions d’euros à la ville rien que sur l’année 2013 et souligne que celle-ci « a financé la totalité des investissements (matériels, logiciels) permettant à la société JCDecaux d’améliorer son savoir-faire et de se positionner en leader sur le marché ».