13 avril 2017

Tout s’explique

Inquiétudes autour du programme nucléaire nord-coréen

Quels sont les indices de la préparation d’un nouveau test nucléaire nord-coréen ?

En comparant l’évolution d’une série d’images satellites, 38 North, un programme de recherche universitaire américain sur la Corée du Nord, a mis en avant hier plusieurs indices démontrant que le site d’essais nucléaires nord-coréen était prêt pour un nouveau test. À l’aide de la même méthode, 38 North avait correctement anticipé le dernier essai nucléaire du pays en septembre (le cinquième depuis 2006 et le deuxième en 2016). Les chercheurs expliquent avoir visualisé des travaux d’excavation sous la montagne où la Corée du Nord mène ses essais nucléaires. Interrogé par CNN, l’analyste de 38 North Joseph Bermudez affirme que « l’activité des six dernières semaines suggère des préparatifs finaux pour un test ».

Comment les États-Unis réagissent-ils à la menace nucléaire nord-coréenne ?

Les États-Unis ont envoyé samedi un porte-avions et sa flotte en direction de la péninsule coréenne. Selon Dave Benham, porte-parole du commandement américain dans le Pacifique, il s’agit d’une « mesure de précaution ». Trois jours plus tôt, la Corée du Nord avait effectué un nouveau tir de missile balistique. Pyongyang s’est déclarée lundi « prête à réagir, quel que soit le type de guerre voulu par les États-Unis ». Début mars, l’armée américaine avait déjà déployé un système de défense antimissiles en Corée du Sud, en réaction à quatre tirs de missiles balistiques nord-coréens. Les États-Unis comptent aussi sur la Chine, considérée comme le seul allié de Pyongyang, pour exercer des pressions afin d’obtenir le désarmement nucléaire de la Corée du Nord.

En quoi consistent les sanctions internationales contre la Corée du Nord ?

L’Union européenne a étendu jeudi dernier ses sanctions à l’égard de la Corée du Nord. Celles-ci viseront désormais « l’industrie liée aux armes conventionnelles », la métallurgie et l’aérospatial. En février, elle avait déjà adopté des restrictions sur le commerce de diverses matières premières (charbon, cuivre, etc.) et durci celles concernant les biens immobiliers nord-coréens dans l’UE. Il s’agissait alors de l’application d’une résolution adoptée par les Nations unies en novembre, qui a voté six séries de sanctions contre la Corée du Nord depuis 2006. La Chine a également cessé en février d’importer du charbon en provenance de Corée du Nord, privant le pays d’une de ses principales sources de revenus (environ un milliard de dollars par an).