• Frappe massive contre Daech. Le gouvernement afghan a déclaré ce matin qu’une bombe larguée hier soir par les États-Unis contre des combattants du groupe État islamique avait tué au moins 36 djihadistes. C’était la première fois que l’armée américaine utilisait la plus puissante bombe non nucléaire de son arsenal, la GBU43/B, un engin surnommé « mère de toutes les bombes », dans le but de détruire les souterrains utilisés par les combattants islamistes.

  • Évacuation en Syrie. Une opération d’évacuation de quatre villes assiégées en Syrie a commencé ce matin, en application d’un accord entre le régime de Damas et l’opposition armée conclu en mars par l’intermédiaire du Qatar. Il prévoit le transfert de 30 000 personnes, dont la moitié habitent dans deux enclaves progouvernementales en territoire insurgé et l’autre moitié dans deux villes rebelles encerclées par l’armée syrienne.

  • Affaire des disparus du Novotel. La cour d’assises de Yopougon, en Côte d’Ivoire, a condamné hier soir six anciens militaires et policiers ivoiriens à des peines allant de six à 20 ans de prison pour l’enlèvement et le meurtre de quatre personnes, dont deux Français, le 4 avril 2011. Ils ont été reconnus coupables d’avoir participé à un commando qui avait fait irruption dans l’hôtel Novotel d’Abidjan lors de la crise causée par le refus du président ivoirien Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à l’élection présidentielle face à Alassane Ouattara.

  • Violences en marge d’un match de football. La police a interpellé 12 supporters lyonnais et turcs hier soir après des affrontements les ayant opposés avant le match de football entre l’Olympique lyonnais et Besiktas à Lyon, pour lequel les mesures de sécurité avaient pourtant été renforcées. Le secrétaire d’État aux Sports Thierry Braillard a reproché aux responsables du club d’Istanbul d’avoir « fait venir des gens qui étaient interdits de stade et qui ont provoqué des dégâts ».