• May veut des élections anticipées. La Première ministre britannique Theresa May a annoncé qu’elle déposerait demain une motion à la Chambre des communes en vue de convoquer des élections législatives anticipées le 8 juin afin de consolider sa majorité pour mener à bien les négociations sur le Brexit. Le chef de l’opposition, le travailliste Jeremy Corbyn, a appelé à voter en faveur de cette motion qui devra réunir deux tiers des suffrages pour être adoptée.

  • Arrestation de deux suspects de terrorisme. Le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl a déclaré que « deux hommes radicalisés, nés respectivement en 1987 et 1993, de nationalité française » avaient été arrêtés à Marseille alors qu’ils avaient l’intention de commettre « dans les tout prochains jours un attentat sur le sol français ». Les équipes de campagne de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron ont fait savoir que leurs services de sécurité avaient reçu les photos des deux suspects dès jeudi.

  • Manifestation des auto-écoles. Des responsables et moniteurs d’auto-écoles ont manifesté ce matin à Paris, Marseille, Lyon, Toulouse et Nantes contre « l’ubérisation » de leur profession. Ils s’opposent à la dématérialisation de l’inscription au permis de conduire qui avantage selon eux les écoles de conduite sur Internet où le client s’inscrit lui-même à l’examen de conduite en candidat libre.

  • Les 11 candidats sur France 2. France 2 a annoncé que les 11 candidats à l’élection présidentielle participeraient jeudi à une émission appelée « 15 minutes pour convaincre » lors de laquelle ils se succéderaient pour répondre pendant un quart d’heure aux questions des journalistes David Pujadas et Léa Salamé. Le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon a toutefois déclaré au Monde que le candidat de La France insoumise n’avait pas encore confirmé sa venue.

  • Retour des barrages en Guyane. Le collectif Pou La Gwiyann Dékolé, qui fédère les revendications des manifestants guyanais réclamant davantage de moyens de l’État, a réinstallé hier soir des barrages routiers pour « faire pression sur le gouvernement ». Le collectif avait décidé jeudi de lever les blocages « jusqu’à nouvel ordre » pour que la population puisse profiter du week-end de Pâques.