• Victimes de la Dépakine. De 1967 à aujourd’hui, entre 2 150 et 4 100 enfants ont été victimes de malformations congénitales majeures liées à leur exposition au valproate, selon un rapport publié aujourd’hui par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et l’Assurance maladie. Le valproate est la substance active de la Dépakine, un médicament commercialisé aujourd’hui par le laboratoire Sanofi et prescrit pour traiter l’épilepsie et les troubles bipolaires.

  • Accord EELV-PS. Le Conseil fédéral d’Europe Écologie Les Verts a approuvé hier soir un accord avec le Parti socialiste qui réserve aux écologistes 42 circonscriptions pour les élections législatives qui auront lieu les 11 et 18 juin. Cet accord, qui permettra en particulier aux 10 députés EELV sortants de ne pas avoir de candidat PS face à eux, est la conséquence du désistement le 23 février du candidat écologiste Yannick Jadot en faveur de Benoît Hamon pour l’élection présidentielle.

  • Hollande vante son bilan. « Je laisserai à mon successeur un pays en bien meilleur état que celui que j’ai trouvé », a déclaré François Hollande à l’occasion d’un déplacement dans le Lot. « Nous avons plus d’embauches, le chômage baisse, nous avons des investissements, une croissance qui repart », a précisé le chef de l’État pour appuyer ses propos.

  • Reprise en main d’Europe 1. Arnaud Lagardère, gérant du groupe qui porte son nom, a annoncé dans une interview au Monde qu’il prenait la présidence de la radio Europe 1 [€] en remplacement de Denis Olivennes (qui reste le PDG du pôle audiovisuel et presse du groupe, Lagardère Active). Il a justifié sa décision par des résultats d’audience qui « ne sont pas bons » et son « attachement personnel à Europe 1 ».

  • Manifestations au Venezuela. Deux civils et un militaire ont été tués hier lors des manifestations qui ont rassemblé au Venezuela plusieurs dizaines de milliers de personnes réclamant le respect des attributions du Parlement et l’organisation d’élections régionales et nationales pour obtenir le départ du président Nicolas Maduro. Figure de l’opposition, l’ancien candidat à la présidentielle Henrique Capriles a appelé à une nouvelle manifestation ce soir.