• Davantage de pouvoirs pour le président turc. Les Turcs ont voté dimanche à 51,4 % en faveur d’une réforme constitutionnelle élargissant les pouvoirs présidentiels. Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre de la Turquie de 2003 à 2014 et président depuis, souhaitait depuis plus de 10 ans renforcer le rôle du chef de l’État. Sa victoire, contestée par les partis d’opposition, est cependant mitigée. « Pour la première fois en 14 ans, les grandes villes Istanbul, Izmir et Ankara ont voté contre Erdogan », observe sur France 24 Marc Pierini, ancien ambassadeur de l’Union européenne en Turquie et chercheur à la fondation Carnegie Europe.

  • Élections anticipées au Royaume-Uni. Les députés britanniques ont voté mercredi à une écrasante majorité en faveur d’une motion déposée par la Première ministre Theresa May pour l’organisation d’élections législatives anticipées dès le 8 juin (au lieu de 2020). « Les capitales européennes voient d’un bon œil l’annonce d’élections anticipées. Elles pensent qu’avec une assise démocratique suffisante, la Première ministre britannique pourrait plus facilement faire passer des compromis dans la mise en œuvre du Brexit », estime dans La Croix Yves Bertoncini, directeur de l’Institut Jacques Delors, un think tank pro-européen.

  • Attentat contre des policiers sur les Champs-Élysées. Un homme a tué un policier et en a blessé deux autres par balles avant d’être abattu jeudi soir sur l’avenue des Champs-Élysées à Paris. Le quotidien Ouest-France et l’agence d’infographie Visactu, qui notent que les militaires et les policiers sont « régulièrement ciblés en France », ont dressé une liste de 14 attaques depuis les assassinats de trois militaires par l’islamiste Mohamed Merah à Toulouse et Montauban en mars 2012.