25 avril 2017

Tout s’explique

Les talibans regagnent du terrain en Afghanistan

De quoi les États-Unis accusent-ils la Russie en Afghanistan ?

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a nié aujourd’hui tout soutien russe aux talibans en Afghanistan. Le secrétaire américain à la Défense James Mattis, en visite à Kaboul, et le général américain John Nicholson tenaient hier une conférence de presse commune. Ils ont été interrogés sur les affirmations d’un responsable américain, sous couvert d’anonymat, selon lesquelles la Russie fournissait une aide financière et matérielle aux djihadistes. John Nicholson, qui dirige la mission de l’Otan sur place, a refusé de démentir ces informations. « Il nous faudra nous confronter à la Russie là où elle agit à l’encontre du droit international et là où elle enfreint la souveraineté des États », a ajouté James Mattis, tout en rappelant que l’acheminement d’armes depuis un pays étranger vers l’Afghanistan constituait « une violation du droit international ».

Quel territoire les talibans contrôlent-ils en Afghanistan ?

Les talibans contrôlent actuellement 43 % du territoire afghan (contre 35 % en mai 2016), selon l’Inspecteur général pour la reconstruction de l’Afghanistan (Sigar), un organisme dépendant du gouvernement américain. Leur présence est particulièrement forte dans les régions rurales, dans le sud et dans plusieurs provinces au nord du pays. Vendredi, un commando a mené un assaut durant plusieurs heures sur une base militaire afghane située dans le nord du pays, tuant au moins 140 soldats. Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière contre des militaires depuis 2001.

Où en est la transition politique du pays amorcée en 2001 ?

L’intervention militaire des États-Unis en Afghanistan, menée en 2001 au côté d’une coalition internationale, a mené à la chute du régime des talibans, au pouvoir depuis 1996. Un processus de démocratisation a été engagé et un gouvernement intérimaire a assuré la transition, avant l’adoption d’une nouvelle Constitution en 2003 et l’organisation d’une élection présidentielle en 2004. Le régime rencontre toutefois des difficultés à maintenir son autorité et la sécurité sur l’ensemble du territoire afghan, en particulier depuis le retrait progressif des troupes américaines entamé en 2011. Le ministre de la Défense afghan et le chef d’état-major des armées ont présenté hier leur démission après l’attaque menée par les talibans. Plus de 8 000 soldats américains sont toujours présents dans le pays.