• L’appel de Le Pen à La France insoumise. Marine Le Pen a posté sur Internet une vidéo dans laquelle elle appelle les électeurs de Jean-Luc Mélenchon à « faire barrage à Emmanuel Macron » dont le projet est « aux antipodes de celui qu’ils ont soutenu pendant la campagne de premier tour ». Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a qualifié l’initiative de la candidate du Front national de « petites manœuvres pas très dignes ».

  • Mélenchon reprend la parole. « Je ne voterai pas Front national, tout le monde le sait », a déclaré Jean-Luc Mélenchon dans une vidéo mise en ligne sur sa chaîne YouTube. Le candidat de La France insoumise, qui a obtenu 19,58 % des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle, a refusé de dire ce qu’il voterait et a lancé à ses électeurs : « Vous n’avez pas besoin de moi pour savoir ce que vous avez à faire. »

  • Un employé d’abattoir condamné. Le tribunal correctionnel d’Alès a condamné un employé de l’abattoir bio du Vigan (Gard) à huit mois de prison avec sursis, 600 euros d’amende et une interdiction d’exercer dans un abattoir pendant cinq ans pour « sévices graves » sur les animaux. Une vidéo diffusée en février 2016 par l’association de protection des animaux L214 avait montré les mauvais traitements infligés aux bêtes et de nombreuses infractions aux règles d’abattage.

  • Interdiction partielle du voile intégral en Allemagne. Les députés allemands ont adopté hier soir une loi interdisant le port du voile intégral aux agents publics, comme les fonctionnaires, les militaires et les magistrats, et autorisant les membres des forces de l’ordre à exiger des femmes qu’elles se découvrent le visage « lorsqu’une identification est nécessaire ». « Nous devons affirmer clairement et transmettre nos valeurs et les limites de notre tolérance aux autres cultures », a déclaré le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière.

  • Parlement envahi en Macédoine. Une centaine de manifestants ont fait irruption hier dans le parlement macédonien et ont blessé plusieurs dizaines de personnes, dont le chef de l’opposition de gauche Zoran Zaev à qui ils reprochent d’avoir cherché à former une coalition gouvernementale avec les représentants de la minorité albanaise. Le parti de droite de l’ancien Premier ministre Nikola Gruevski a remporté les élections législatives en décembre, mais n’est toujours pas parvenu à former une coalition pour gouverner.