• Accord pour une « désescalade » en Syrie. Lors d’une réunion à Astana (Kazakhstan), la Russie et l’Iran, qui soutiennent le régime de Damas, ont signé avec la Turquie, qui appuie les rebelles, un mémorandum pour la création de quatre « zones de désescalade » en Syrie où devra être observé un cessez-le-feu et où pourra être acheminée une aide humanitaire. Les représentants du régime syrien et des rebelles n’ont toutefois pas validé l’accord.

  • Pas de « sexe neutre ». La Cour de cassation a refusé que la mention « sexe neutre » puisse apparaître sur l’état civil d’une personne intersexuée française de 66 ans née selon son médecin avec un « vagin rudimentaire » et un « micropénis ». « La dualité des énonciations relatives au sexe dans les actes de l’état civil poursuit un but légitime en ce qu’elle est nécessaire à l’organisation sociale et juridique », a estimé la haute juridiction.

  • « Clause Molière » illégale. Les ministres de l’Intérieur (Matthias Fekl), du Travail (Myriam El Khomri), de l’Économie (Michel Sapin) et de l’Aménagement du territoire (Jean-Michel Baylet) ont envoyé le 27 avril une instruction aux préfets les invitant à traiter la « clause Molière » comme « illégale », a révélé aujourd’hui l’AFP. Plusieurs présidents de région ont instauré depuis l’an dernier une clause imposant l’usage du français sur les chantiers publics pour lutter contre le recours à une main-d’œuvre étrangère.

  • JCDecaux perd les Vélib. Le tribunal administratif de Paris a rejeté le recours en référé déposé par JCDecaux contre l’attribution du marché des Vélib au consortium franco-espagnol Smoovengo. Ce dernier avait remporté en avril l’appel d’offres pour la gestion du système de vélos en libre-service de Paris et de sa métropole à partir de janvier 2018.

  • Un débat moins suivi. Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés hier soir au cours d’un débat particulièrement tendu qui a réuni quelque 16,5 millions de téléspectateurs sur les six chaînes qui le retransmettaient. Il s’agit de la plus faible audience de tous les débats d’entre-deux-tour, loin derrière ceux de 1981 et 1988 (environ 30 millions de téléspectateurs), mais proche de celui de 1995 entre Jacques Chirac et Lionel Jospin (16,8 millions) et de celui de 2012 entre Nicolas Sarkozy et François Hollande (17,8 millions).