• Arrestation d’un homme suivi pour radicalisation. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête après l’arrestation cette nuit aux abords de la base militaire d’Évreux d’un ancien soldat suivi par les services de renseignement pour radicalisation. Une cartouche de fusil et un Coran ont été retrouvés dans sa voiture et plusieurs armes et des munitions ont été découvertes dans un fossé à proximité.

  • Le Pen prise à partie à Reims. Pour la dernière journée de la campagne présidentielle, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ont visité la cathédrale de Reims devant laquelle les attendaient plusieurs centaines de manifestants hostiles, soutiens d’Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon, qui les ont sifflés et leur ont, pour certains, jeté des œufs. La candidate et son équipe ont dû sortir de l’église où étaient sacrés les rois de France par une porte latérale.

  • Une fusée décolle de Guyane. Une fusée Ariane 5 a décollé depuis le Centre spatial guyanais, à Kourou, 44 jours après la date de lancement initialement prévue. L’activité du centre a repris hier après avoir été interrompue fin mars en raison d’un blocage instauré par des manifestants qui réclamaient au gouvernement un plan d’aide pour le développement de la Guyane.

  • Le FLN remporte les législatives en Algérie. Le FLN, le parti au pouvoir en Algérie depuis l’indépendance du pays en 1962, et son allié le RND ont remporté hier respectivement 164 et 97 sièges, conservant ainsi la majorité absolue à l’Assemblée (qui compte 462 députés), selon des résultats annoncés aujourd’hui par le ministère algérien de l’Intérieur. Le FLN a toutefois perdu 43 sièges par rapport aux précédentes élections législatives, en 2012.

  • Succès du Parti conservateur au Royaume-Uni. Le Parti conservateur britannique de la Première ministre Theresa May a largement remporté les élections locales organisées hier dans le pays. Après dépouillement des suffrages dans 85 des 88 conseils locaux aujourd’hui, il augmentait son nombre de sièges de plus de 40 % tandis que le Parti travailliste en perdait plus de 30 % et que le parti pro-Brexit Ukip était confronté à la défaite de la quasi-totalité de sa centaine d’élus.