5 mai 2017

Tout s’explique

Vote pour démanteler l’« Obamacare »

En quoi consiste le nouveau système d’assurance santé proposé par Donald Trump ?

La Chambre des représentants a adopté hier, avec une courte majorité de 217 voix contre 213, une loi prévoyant l’abrogation de l’« Obamacare », la loi santé emblématique de la présidence Obama, et l’instauration d’un nouveau système d’assurance santé souhaité par Donald Trump. Contrairement à l’Obamacare, celui-ci prévoit de ne plus rendre obligatoire la souscription par les particuliers d’une assurance maladie et n’instaure plus de système d’amende en cas de non-couverture. Il réduit drastiquement les financements publics dédiés à Medicaid, le programme destiné aux foyers à faibles revenus ou aux personnes handicapées, qui couvre actuellement 73 millions d’Américains. Il donne plus de pouvoirs aux États pour fixer les règles concernant la couverture minimale.

Quelles modifications ont été apportées au texte depuis son retrait fin mars ?

Donald Trump a retiré son texte fin mars juste avant le vote prévu à la Chambre des représentants, incertain d’y obtenir une majorité. Les parlementaires républicains contrôlent pourtant la Chambre basse, mais certains d’entre eux désapprouvaient le projet de loi. Donald Trump a donc fait retravailler son texte. Afin de satisfaire les membres du Freedom Caucus, un groupe d’élus républicains conservateurs militant pour une diminution du rôle de l’État, une liberté plus grande a été accordée aux États en matière de gestion de la couverture minimale. Des républicains modérés, principalement représentés au sein du Tuesday Group, sont quant à eux parvenus à convaincre Donald Trump d’adopter un amendement prévoyant une aide de 8 milliards de dollars à destination des personnes présentant des antécédents médicaux lors de leur inscription à une assurance.

Quelles sont les prochaines étapes avant son adoption ?

Pour qu’elle soit adoptée, cette loi doit désormais être approuvée par le Sénat. Mais sur ses 100 sièges, seuls 52 sont détenus par des Républicains et leur soutien au texte n’est pas acquis. Certains sénateurs républicains modérés regrettent l’abandon d’une couverture obligatoire, des conservateurs critiquent le fait que la loi n’aille pas assez loin pour démanteler les fondements de l’Obamacare et d’autres redoutent que celle-ci prive des millions d’Américains d’une couverture santé. Si les sénateurs amendent le texte, il devra repasser devant la Chambre des représentants en vue d’une adoption définitive, les deux chambres devant s’accorder sur une version similaire du texte.