• Pujadas écarté du JT. Le présentateur du journal télévisé de France 2 David Pujadas a annoncé ce matin qu’il ne serait pas reconduit à la rentrée au poste qu’il occupait depuis 2001. La Société des journalistes de la chaîne publique a décidé de convoquer une assemblée générale extraordinaire demain à 10h pour évoquer cette éviction ainsi que la tribune publiée hier dans Libération par Michel Field, le directeur exécutif de l’information de France Télévisions, où il « s’interroge publiquement sur le travail des équipes », ce qu’elle lui reproche.

  • Almodovar contre Netflix. Le réalisateur espagnol Pedro Almodovar, président du jury du festival de Cannes qui ouvre ce soir, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il ne pouvait « pas concevoir que la Palme d’or ou d’autres prix soient remis à un film qu’on ne pourra pas voir sur grand écran, en salles ». Cette remarque concerne deux films présentés en compétition, « Okja » du Sud-Coréen Bong Joon-ho et « The Meyerowitz Stories » de l’Américain Noah Baumbach, financés par la plateforme internet Netflix qui ne souhaite pas les sortir en salles.

  • Chelsea Manning libérée. La lanceuse d’alerte et militaire Chelsea Manning, condamnée en 2013 à 35 ans de prison pour avoir fourni à l’organisation WikiLeaks des documents secrets de l’armée américaine sur les guerres en Afghanistan et en Irak, a été libérée. Le 17 janvier, trois jours avant la fin de son mandat, le président américain Barack Obama avait commué la peine de Chelsea Manning, permettant sa libération anticipée.

  • L’opposition chargée de former un gouvernement en Macédoine. Le président macédonien Gjorge Ivanov, classé à droite, a annoncé qu’il chargeait le chef de l’opposition de gauche Zoran Zaev de former un gouvernement de coalition avec les partis représentant la minorité albanaise du pays. Le parti de droite de l’ancien Premier ministre Nikola Gruevski avait remporté les élections législatives en décembre, mais n’était pas parvenu à former une coalition pour gouverner.

  • Interdiction du voile intégral en Autriche. Le Parlement autrichien, où domine une coalition entre sociaux-démocrates et conservateurs, a voté hier soir une loi interdisant à partir d’octobre le port du voile intégral dans l’espace public sous peine de recevoir une amende de 150 euros. Le texte s’inscrit dans une série de mesures pour l’intégration des migrants, parmi lesquelles l’instauration d’une année de cours d’allemand et d’enseignement des valeurs autrichiennes aux nouveaux arrivants.