30 mai 2017

Tout s'explique

Les enjeux des élections législatives anticipées au Royaume-Uni

Pourquoi Theresa May a-t-elle convoqué des élections anticipées ?

La Première ministre britannique Theresa May, dirigeante du Parti conservateur, et Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste, ont participé hier soir à un débat télévisé à neuf jours des élections législatives du 8 juin. Theresa May a convoqué ce scrutin mi-avril, avec trois ans d’avance. Avec ces élections, la Première ministre cherche à conforter la majorité de son parti au sein de la Chambre des communes afin de mener la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne comme elle l’entend. Le Parti conservateur constitue la première force au sein du Parlement, mais ne dispose que d’une courte majorité de 330 sièges sur 650. Pour le Parti travailliste, qui dispose de 229 sièges, l’enjeu est de conserver son poids politique après avoir été renvoyé dans l’opposition en 2010.

Comment les conservateurs et les travaillistes se distinguent-ils vis-à-vis du Brexit ?

Les conservateurs et les travaillistes s’accordent sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le parti de Jeremy Corbyn, qui avait milité contre le Brexit lors du référendum de juin 2016, envisage désormais cette sortie à condition que soit conclu un « accord pour accéder au marché de libre-échange européen afin de protéger les emplois dans ce pays », comme l’a déclaré hier soir le leader travailliste. Theresa May n’est pas de cet avis. Le 17 janvier, elle a présenté son plan de sortie dans lequel elle envisageait pour la première fois une rupture « claire et nette » avec l’UE si elle ne trouvait pas d’accord qui lui convenait avec ses partenaires européens. Elle entend notamment sortir du marché unique pour mieux maîtriser l’immigration européenne et mettre en place des accords commerciaux bilatéraux.

Quelles difficultés rencontrent actuellement les conservateurs ?

Les conservateurs ont largement remporté les élections locales le 4 mai en augmentant de plus de 40 % leur nombre de sièges dans les différents conseils du pays, tandis que le Parti travailliste perdait un quart des siens. Le Parti conservateur rencontre une opposition plus vive depuis la publication le 18 mai de son programme, qui comprend un projet controversé demandant aux personnes recevant des soins à domicile une participation accrue aux frais de santé. Theresa May a annoncé le 22 mai qu’elle en plafonnerait le montant. Après l’attentat de Manchester, survenu le même jour, les travaillistes ont également reproché aux conservateurs d’avoir supprimé près de 20 000 postes de policiers depuis leur prise de pouvoir en 2010.