30 mai 2017

C’est leur avis

Le camp Macron rattrapé par son exigence de probité

Pour le journaliste de Libération Luc Le Vaillant, la polémique autour d’une transaction immobilière du ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand était inévitable, puisque l’entourage de Macron avait mis la probité au centre de ses valeurs.

« C’est la fable de l’arroseur arrosé. Pendant la présidentielle, tandis que Macron jouait les bienveillants et distribuait ses indulgences, Ferrand faisait le métier. Avec gourmandise, il canardait les facilités de Fillon et les absences de Penelope. […] Il ne faut pas s’étonner si le boomerang lui revient en pleine poire. Et ce d’autant plus que la chancellerie pilotée par Bayrou, homme aux multiples mandats, prétend s’attaquer en priorité aux derniers avantages des professionnels de la profession. Les cas de Fillon et de Ferrand n’ont rien à voir, et la justice devrait cette fois s’abstenir. Mais qu’importe ! La machinerie hygiéniste est lancée. » Luc Le Vaillant