• Rupture avec le Qatar. L’Arabie saoudite, suivie par les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte, a rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar, lui reprochant de soutenir et d’accueillir « divers groupes terroristes » dont le groupe État islamique et Al-Qaïda. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont interdit leurs territoires aux vols de la compagnie aérienne Qatar Airways.

  • Commémoration de Tiananmen. À l’occasion du 28e anniversaire du massacre de Tiananmen à Pékin, la présidente de Taïwan Tsai Ing-wen a incité hier les dirigeants chinois à s’inspirer de son territoire pour évoluer vers un régime démocratique. À Hong Kong, plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour une veillée, tandis que dans le reste de la Chine, les autorités interdisent toute commémoration publique de la répression de 1989 contre les militants prodémocratie.

  • Un barrage repris à Daech. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par les États-Unis, ont annoncé samedi s’être emparées du dernier des trois principaux barrages sur l’Euphrate, proche de Rakka, bastion du groupe État islamique en Syrie. En Irak, l’armée a annoncé dimanche la reprise de la ville de Baaj située près de la frontière syrienne par des milices chiites alliées au gouvernement.

  • Bousculade à Turin. Selon la police italienne, le mouvement de foule qui a causé 1 500 blessés, dont trois grièvement, samedi à Turin, a été causé par deux adolescents se faisant passer pour des kamikazes. Environ 20 000 personnes s’étaient rassemblées pour suivre sur grand écran la finale de la Ligue des Champions entre la Juventus et le Real Madrid, remportée 4-1 par le club espagnol.

  • Vote des Français de l’étranger. Les Français installés à l’étranger ont voté ce week-end pour le premier tour des législatives. Tandis que les résultats définitifs seront officialisés vers 20 heures, les consulats publient des décomptes partiels faisant état d’une victoire des candidats représentant La République en marche, le mouvement d’Emmanuel Macron, dans la plupart des 11 circonscriptions concernées.