6 juin 2017

Tout s’explique

Le Qatar isolé par ses pays voisins

Pourquoi le Qatar a-t-il été isolé au Moyen-Orient ?

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont rompu hier leurs relations diplomatiques avec le Qatar, suivis par l’Égypte, Bahreïn, le Yémen et les Maldives. Ces pays accusent le Qatar de soutenir et d’accueillir « divers groupes terroristes pour déstabiliser la région » comme les Frères musulmans, le groupe État islamique ou Al-Qaïda. Ils lui reprochent également ses liens avec l’Iran, avec lequel il partage un gisement gazier, alors que les tensions s’intensifient entre ce pays à majorité chiite et l’Arabie saoudite à majorité sunnite. Les liaisons aériennes et maritimes vers le Qatar ont été suspendues. L’Arabie saoudite a également fermé sa frontière terrestre, par laquelle transitent la plupart des importations de produits alimentaires. En réaction, les supermarchés ont été pris d’assaut hier par les habitants du pays.

Ces accusations sont-elles fondées ?

Le ministère des Affaires étrangères du Qatar a dénoncé cette « mise sous tutelle » qui constitue une « violation de sa souveraineté » et affirmé que ces mesures étaient « injustifiées ». Le Qatar soutient pourtant officiellement l’organisation des Frères musulmans, reconnue comme terroriste par plusieurs pays dont l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Il a contribué à son financement, a soutenu en Égypte la campagne de Mohamed Morsi, son candidat, et accueille sur son sol plusieurs de ses dirigeants. En revanche, les liens supposés entre les autorités qataries et les groupes terroristes État islamique et Al-Qaïda ne reposent pas sur des preuves tangibles. Le Qatar est investi depuis 2014 dans la coalition internationale emmenée par les États-Unis qui combat le groupe État islamique.

Quelles relations entretenait-il avec ces pays ?

Le Qatar fait partie depuis 1981 du Conseil de coopération des États arabes du Golfe avec l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït et Oman. Cette organisation a été constituée lors de la guerre entre l’Iran et l’Irak (1980-1988) dans le but de regrouper ces monarchies musulmanes sunnites et de faire face aux menaces de l’Iran chiite voisin. La liberté de circulation des citoyens et des capitaux y a été instaurée, même si des restrictions demeurent sur certaines activités économiques. Ce groupe d’États avait déjà connu une crise en 2014 : l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn avaient retiré pendant huit mois leurs diplomates de la capitale Doha afin de protester contre le maintien du soutien qatari aux Frères musulmans en Égypte après la prise de pouvoir du maréchal al-Sissi.