• Résultats du vote des Français de l’étranger. Le mouvement La République en marche est arrivé en tête dans 10 des 11 circonscriptions des Français de l’étranger à l’issue du premier tour qui avait lieu le week-end dernier. L’ancienne secrétaire d’État Axelle Lemaire (PS) n’a obtenu que 8 % des suffrages exprimés (Europe du Nord), loin derrière le candidat LREM Alexander Holroyd (57,8 %). Les candidats LR Frédéric Lefebvre (Amérique du Nord) et Thierry Mariani (Asie et Océanie) sont eux aussi distancés. « Cela confirme à quel point la demande de renouvellement est gigantesque, rien ne semble l’arrêter », souligne dans 20 Minutes Bruno Cautrès, directeur de recherche au CNRS. « C’est une hécatombe, même pour les personnalités de la vie politique. »

  • Polémique sur la réforme du Code du travail. Plusieurs personnalités de gauche, dont le candidat du PS à la présidentielle Benoît Hamon et l’ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti, ont critiqué lundi un document de travail publié par Le Parisien et présenté comme une base pour la future réforme du Code de travail. « Macron veut passer le Code du travail à la déchiqueteuse », s’est alarmé Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), estimant que « les Français sont maintenant prévenus ». Au Front national, le vice-président Florian Philippot a dénoncé une « loi El Khomri aggravée ». Le gouvernement a démenti que son projet soit arrêté et a annoncé une large concertation avec les syndicats, avec pas moins de 48 réunions prévues d’ici au 21 juillet, et une adoption de la réforme avant le 21 septembre.

  • Fin de la campagne officielle. La campagne officielle pour le premier tour des élections législatives a pris fin cette nuit à 0h. 7 882 candidats se présentent aux suffrages, soit en moyenne 14 par circonscription. Le scrutin, qui se déroule dès aujourd’hui dans plusieurs collectivités d’outre-mer, aura lieu demain en France métropolitaine. Le mode de scrutin diffère de celui de la présidentielle. Seront qualifiés pour le second tour, dans chaque circonscription, les deux candidats arrivés en tête ainsi que, le cas échéant, leurs rivaux dépassant 12,5 % des voix des électeurs inscrits. Un candidat peut être élu dès le premier tour s’il attire plus de 50 % des suffrages exprimés représentant au moins 25 % des électeurs inscrits. Le second tour aura lieu dans une semaine, dimanche 18 juin.