12 juin 2017

C'est leur avis

Le risque d’une hégémonie parlementaire

Le journaliste indépendant Michel Lépinay estime sur son blog que l’hégémonie parlementaire, causée par un mode de scrutin qui amplifie les mouvements d’opinion, permet la mise en œuvre des réformes du président, mais ne crée pas un climat propice à leur élaboration et à leur réussite.

« La majorité absolue peut aussi être un obstacle à la mise en œuvre des réformes. Lorsqu’il n’y a pas d’examens contradictoires, de véritable négociation au niveau politique, toutes les oppositions peuvent se fédérer dans la rue. On l’a vu avec l’usage du 49-3 par Manuel Valls, la contestation de rue est d’autant plus légitime et importante que les citoyens ont le sentiment que les projets ne sont pas négociés, mais sont imposés par le pouvoir. Le risque, pour un gouvernement profitant d’une majorité absolue à l’Assemblée pour imposer ses vues, est donc de se voir paralysé par la contestation de la rue. » Michel Lépinay