20 juin 2017

Tout s’explique

Deux ministres sur le départ

Pourquoi Sylvie Goulard a-t-elle choisi de se retirer ?

La ministre des Armées Sylvie Goulard a exprimé son souhait de ne plus faire partie du gouvernement. « Le président de la République a entrepris de restaurer la confiance dans l’action publique, de réformer la France et de relancer l’Europe. Cette entreprise de redressement doit l’emporter sur toute considération personnelle », explique-t-elle dans un communiqué. L’ex-députée européenne du MoDem est visée dans une affaire de soupçons d’emplois fictifs concernant des assistants parlementaires de son parti. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire à ce sujet le 9 juin. « Dans l’hypothèse où l’enquête préliminaire visant le MoDem conduirait à vérifier les conditions d’emploi de mes assistants au Parlement européen, je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi », a-t-elle ajouté.

Les deux autres ministres du MoDem sont-ils visés ?

Le ministre de la Justice François Bayrou et la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez sont également concernés par cette enquête. Le Canard enchaîné a affirmé la semaine dernière que la secrétaire particulière de François Bayrou au MoDem avait été rémunérée comme assistante parlementaire de Marielle de Sarnez, alors députée européenne. François Bayrou a plusieurs fois contesté l’existence d’emplois fictifs au sein du MoDem. L’ex-députée européenne MoDem Corinne Lepage, qui avait dénoncé dans un livre en 2014 un tel système au sein de son parti, a été entendue aujourd’hui comme témoin dans le cadre de l’enquête. Marielle de Sarnez a déclaré au Parisien qu’elle n’excluait pas de renoncer à son poste de ministre : « Tout est ouvert pour moi. Le gouvernement ou la présidence du groupe MoDem à l’Assemblée. »

Quel sera le nouveau rôle de Richard Ferrand ?

Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand a accepté hier, après avoir été reçu par Emmanuel Macron, de quitter le gouvernement et de briguer la présidence du groupe La République en marche (LREM) qui sera attribuée ce week-end. S’il est élu, il devra guider les députés LREM et préserver l’unité du groupe. Un président de groupe parlementaire a un rôle important dans l’organisation du travail parlementaire. Il siège, avec le président de l’Assemblée et les présidents des commissions permanentes, à la Conférence des présidents qui décide du calendrier des débats. Visé par une affaire de conflit d’intérêts, Richard Ferrand s’est défendu aujourd’hui sur RTL de briguer la présidence du groupe LREM à l’Assemblée pour échapper à des poursuites grâce à son immunité parlementaire : « Si le procureur souhaite m’entendre, il m’entendra », a-t-il déclaré.