27 juin 2017

Tout s'explique

Un nouveau président pour l’Assemblée nationale

Qui est François de Rugy ?

François de Rugy a été élu cet après-midi à la présidence de l’Assemblée nationale à l’issue d’un vote des députés à scrutin secret. Il succède à Claude Bartolone. Ancien membre d’Europe Écologie Les Verts, il avait quitté le parti en 2015 après le départ des deux membres écologistes du gouvernement. Il avait alors fondé le Parti écologiste, avec le sénateur Jean-Vincent Placé, pour continuer à soutenir la majorité. Il s’est présenté cette année à la primaire de la gauche pour la présidentielle et y a obtenu 3,8 % des voix au premier tour. Contrairement à l’engagement qu’avaient pris tous les candidats, il n’a pas soutenu le vainqueur Benoît Hamon et s’est rapproché d’Emmanuel Macron. Le 18 juin, il a été réélu député de Loire-Atlantique pour un troisième mandat, sous l’étiquette La République en marche. Lors de la précédente législature, il a coprésidé le groupe écologiste puis est devenu vice-président de l’Assemblée en mai 2016.

Quel est le rôle d’un président de l’Assemblée nationale ?

En tant que président de l’Assemblée nationale, François de Rugy sera chargé de diriger les débats lors des séances publiques. Il aura un rôle particulier lors de cette législature puisqu’il devra équilibrer les prises de parole entre sept ou huit groupes parlementaires et parce qu’il aura devant lui une majorité de députés dont c’est le premier mandat. Le président de l’Assemblée est également à la tête du Bureau de l’Assemblée, auquel revient la gestion de l’organisation du travail parlementaire. Il fixe l’ordre du jour, sur proposition de la Conférence des présidents (qui rassemble notamment les vice-présidents de l’Assemblée et les présidents des différents groupes). Il peut saisir le Conseil constitutionnel, dont il peut nommer l’un des trois membres renouvelés tous les trois ans. Le président de la République doit le consulter s’il souhaite dissoudre l’Assemblée.

Quelle règle a fixée le mouvement La République en marche ?

Le président du groupe parlementaire La République en marche Richard Ferrand a annoncé cet après-midi lors d’une conférence de presse que, par souci de renouvellement, tous les postes à responsabilité des députés LREM, y compris celui du président de l’Assemblée nationale, feraient l’objet d’un remplacement à mi-mandat, sans possibilité pour les sortants de se représenter. En plus de François de Rugy, seront également concernés les députés du groupe occupant les postes de président et de vice-président de commission, de rapporteur du budget de l’État et de la Sécurité sociale ainsi que le président du groupe parlementaire.