29 juin 2017

Tout s’explique

Le groupe État islamique acculé en Irak et en Syrie

Quelle est la situation du groupe État islamique en Irak ?

L’armée irakienne a annoncé aujourd’hui avoir repris le contrôle du site de la mosquée Al-Nouri, à Mossoul. La semaine dernière, la mosquée, datant du XIIe siècle, avaient été détruite par les djihadistes. C’est dans ce lieu que le chef du groupe État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, avait effectué son unique apparition publique en 2014, annonçant son « califat » sur un territoire établi en Irak et en Syrie. L’armée irakienne a lancé une offensive sur Mossoul à l’automne et a délivré sa partie orientale mi-janvier. L’EI est désormais retranché dans une toute petite partie de la vieille ville, située à l’ouest, déjà en grande partie libéré. Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé sur les réseaux sociaux que la reprise du site de la mosquée Al-Nouri marquait « la fin de l’État » djihadiste.

Qu’en est-il en Syrie ?

Le groupe État islamique recule également en Syrie, où l'essentiel de ses troupes est retranché dans son fief de Rakka, au nord du pays, occupé depuis 2014. Une offensive a été lancée contre la ville début juin par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance formée par combattants arabes et kurdes soutenue par les États-Unis. Un quart de la ville a déjà été repris, a déclaré lundi l’Observatoire syrien des droits de l’homme, une organisation basée au Royaume-Uni disposant de multiples sources parmi l’opposition. Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a partagé hier son inquiétude concernant les civils pris au piège dans la ville, qu’elle estime à environ 100 000 : « Avec l’intensification des frappes aériennes et des combats au sol, le nombre de victimes civiles augmente et les voies de fuite se ferment les unes après les autres. »

Quels sont les autres indicateurs de la perte d'influence de l'EI ?

Selon une étude publiée aujourd'hui par IHS Markit, un cabinet d’analyse basé à Londres, le territoire contrôlé par le groupe État islamique en Irak et en Syrie est passé de 90 000 km2 en janvier 2015 à 36 200 km2 en juin 2017, principalement grâce aux offensives menées par le gouvernement en Irak et par les FDS en Syrie. « La montée et la chute de l’EI se caractérisent par une expansion rapide suivie d’un déclin continu. Trois ans après sa proclamation, il est évident que le projet de gouvernance du califat a échoué », note Columb Strack, expert du Moyen-Orient au sein d’IHS Markit. Selon le cabinet, les ressources financières de l’EI se sont également effondrées, passant de 81 millions de dollars au deuxième trimestre 2015 à 16 millions de dollars au deuxième trimestre 2017.