• Hulot présente son plan climat. Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a présenté ce matin les différentes mesures de son plan climat, parmi lesquelles la fin, d’ici 2022, de la production d’électricité provenant du charbon et des investissements de 4 milliards d’euros pour lutter contre la précarité énergétique (comme celle liée aux bâtiments mal isolés). Il a également annoncé, sans en préciser le montant, une prime pour remplacer les véhicules n’étant pas éligibles à la vignette Crit’air (les motorisations essence antérieures à 1997 et diesel d’avant 2001) par un véhicule neuf ou d’occasion.

  • Prorogation de l’état d’urgence. L’Assemblée nationale a voté par 137 voix pour et 13 contre une sixième prorogation de l’état d’urgence, qui doit être la dernière, selon la promesse faite lundi par Emmanuel Macron devant le Congrès. Les députés ont reconduit jusqu’au 1er novembre ce régime d’exception permettant assignations à résidence et perquisitions administratives, instauré quelques heures après les attentats du 13 novembre 2015.

  • L’État va céder ses parts dans certaines entreprises. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a déclaré lors de la séance des questions au gouvernement devant le Sénat que l’État procéderait à partir de septembre à des cessions de certaines de ses participations dans des entreprises. Il s’agira de « participations qui ne sont pas stratégiques, qui permettront d’alimenter un fonds de 10 milliards d’euros qui aura vocation à financer l’innovation », a-t-il précisé.

  • L’Algérie veut une reconnaissance des torts de la France coloniale. « Notre peuple exige toujours une reconnaissance de ses souffrances de la part du colonisateur d’hier, la France », a déclaré hier soir le président algérien Abdelaziz Bouteflika dans un message retransmis par l’agence de presse officielle APS à l’occasion de la célébration des 55 ans d’indépendance du pays. En février, lors d’un déplacement en Algérie dans le cadre de sa campagne pour l’élection présidentielle, Emmanuel Macron avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ».

  • Le Parlement vénézuélien pris d’assaut. Des manifestants favorables au pouvoir vénézuélien ont pris d’assaut hier le Parlement, où l’opposition est majoritaire, et séquestré pendant plus de neuf heures plusieurs députés et journalistes, blessant certains d’entre eux. Le président Nicolas Maduro a condamné ces violences et promis une enquête judiciaire.