11 juillet 2017

Tout s’explique

Le gouvernement annonce 4,5 milliards d’euros d’économies

Pourquoi Gérald Darmanin a-t-il annoncé un plan d’économies ?

Le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a annoncé aujourd’hui dans Le Parisien un plan d’économies de 4,5 milliards d’euros. Ce plan vise à répondre aux recommandations de la Cour des comptes qui estimait dans un audit publié le 29 juin qu’en l’absence de « mesures fortes de redressement », le déficit public atteindrait 3,2 % du produit intérieur brut (PIB) d’ici la fin de l’année, contre les 2,8 % annoncés par le précédent gouvernement. Or, la France s’est engagée auprès de la Commission européenne à revenir sous la barre des 3 % à partir de 2017. Dans son discours de politique générale, le 4 juillet, le Premier ministre Édouard Philippe a rappelé cet objectif.

Quelles dépenses le gouvernement compte-t-il réduire ?

Gérald Darmanin a précisé que ces économies seraient uniquement effectuées sur le budget de l’État : « Ni les collectivités locales, ni la Sécurité sociale ne seront mises à contribution. » Les économies porteront essentiellement sur « le train de vie des ministères », avec une meilleure « gestion du parc des voitures » et « des appels d’offres mieux négociés ». Les économies seront principalement supportées par les ministères de l’Intérieur (526 millions d’euros), des Affaires étrangères (282 millions d’euros), de l’Économie et de l’Action et des Comptes publics (268 millions d’euros) et des Transports (260 millions d’euros). Les effectifs de police et ceux de la gendarmerie ne seront pas touchés, pas plus que le nombre de postes d’enseignants, a garanti Gérald Darmanin.

Les impôts vont-ils baisser ?

Emmanuel Macron avait promis lors de sa campagne pour l’élection présidentielle de supprimer la taxe d’habitation pour 80 % des ménages et de réformer l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) afin d’encourager l’investissement dans les entreprises plutôt que dans les actifs immobiliers. Selon des informations rapportées par plusieurs médias dont Les Échos et Le Monde, il a réaffirmé dimanche sa volonté de mettre en place ces mesures dès 2018, tandis que le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé la semaine dernière lors de son discours de politique générale un report de la réforme de l’ISF à 2019 et une suppression de la taxe d’habitation « d’ici la fin du quinquennat ». Gérald Darmanin a déclaré dimanche au JDD que la réduction du déficit ne donnerait pas lieu à des augmentations d’impôt, afin que les Français n’en supportent pas « la charge ».